« Résister, c’est vivre,
Résister, c’est cultiver sa capacité d’indignation,
C’est dire non à toutes les formes de domination.
Le mot Résister devrait toujours se conjuguer au présent. »

Lucie AUBRAC 1912- 2007

Pour notre 19ème année, dans l’élaboration de la manifestation, les premières questions que l’on se pose - et que l’on se posera toujours - sont : Qu’est ce que la résistance et quels doivent-être les principes fondamentaux de l’acte de résister ? En fonction de l’histoire et des intérêts de chacun, les réponses diffèrent. Aujourd’hui, nous entendons crier le mot « résistance » pour promouvoir des idéologies qui s’appuient sur le rejet de l’autre, de par son origine, son orientation sexuelle. Le mot « résister » se trouve régulièrement aussi être aussi un argument commercial.

Au travers de la manifestation, nous affirmons que résister, c’est s’engager pour l’autre, c’est s’engager pour un avenir d’égalité, de justice, de paix. A nous de nous appuyer sur l’histoire, sur ces Résistances qui ont marqué nos territoires durant la seconde guerre mondiale mais aussi durant d’autres conflits. L’œuvre de cinéma contemporaine est un outil pour dénoncer les obscurantismes d’hier et d’aujourd’hui, pour les décortiquer afin de comprendre les raisons de leur émergence. A nous d’être critiques sur les évolutions de nos sociétés qui pourraient¬ ouvrir la porte à des comportements de rejet, d’exclusion, de domination, de destruction.

Nous ne définirons pas l’écran de projection dans la salle de cinéma comme un média neutre et objectif. Tous les médias (cinéma, radio, presse et autres écrans) annoncent des vérités dépendantes des intérêts financiers et moraux de ceux-ci. Au spectateur/usager de trier, de réfléchir l’image et le propos, d’adhérer ou non. Les salles de cinéma associatives, indépendantes ne sont pas les propriétés de marchands de béton ou d’armes. Une salle appartenant à la collectivité, gérée par une association, accompagnée par des bénévoles, a l’ambition d’être un outil culturel pour tous, d’avoir une mission de service public. C’est dans ce cadre que se construisent les Rencontres du Film des Résistances. Le CDPC, en partenariat avec le Foyer d’animation de Thônes et la Fédération des œuvres laïques, défend l’idée du bien commun, accessible à tous. Un investissement sur toute l’année, impossible sans l’implication forte et constante de bénévoles engagés pour l’éducation populaire.

C'est aussi pour cela que nous privilégions le mot « Rencontres » au mot « Festival ». Cette année encore : réalisateurs, professionnels du cinéma et associations seront présents et accompagneront les séances pour échanger, débattre. De nombreux enseignants et leurs élèves participeront à des séances et échanges dans les salles de cinéma partenaires. Expositions, propositions de lectures, spectacle vivant viendront rythmer ces journées dédiées à toutes les formes de résistances.

La manifestation, reconnue, identifiée et appréciée, apportera – n’en doutons pas – une fois de plus sa contribution afin que le plus grand nombre s’approprie les enjeux qui déstabilisent les équilibres, au détriment des hommes et des femmes les plus fragiles.

François BONIFACJ, Directeur CDPC, le 26 juin 2019

Bilan du festival 2018

0
Spectateurs total
0
Spectateurs scolaire
0
Séances à Thônes
0
Séance en dehors de Thônes

Les rencontres du film de résistances

sont organisées par

Foyer d'Animation et de Loisirs
cdpc
Client 1
Tous droits réservés 2017 - Foyer d'Animation et de Loisirs Site réalisé avec par globuleWEB