THÔNES HAUTE-SAVOIE
RENCONTRES DU FILM DES RESISTANCES






Rencontre du film des résistances. Georges-François Leclerc
Préfet de la Haute-Savoie

Solidarité, tolérance, mais aussi regard critique, telles sont les valeurs soutenues depuis 2001 par les Rencontres du film des Résistances, dont le succès est, depuis leur création, à la hauteur de leur engagement citoyen. Depuis sa création, la Fédération des oeuvres laïques a su ancrer ce festival comme une étape de la réflexion et de l’éducation citoyenne en Haute-Savoie.
Comme les années précédentes, j’ai l’honneur de parrainer cette seizième édition dont la cérémonie
d’inauguration aura lieu à Thônes, le 9 novembre prochain. Cette commune, titulaire de la Croix de Guerre et de la Médaille de la Résistance en raison du rôle que jouèrent nombre de ses habitants comme ceux de la vallée durant la dernière guerre, incarne totalement l’esprit qui anime les Rencontres, année après année. Lors de ce moment inaugural, les élèves de la classe de cinéma audiovisuel du lycée St Joseph de Thônes et du lycée professionnel Les Cordeliers de Cluses présenteront les courts-métrages qu’ils ont réalisés. A travers cet exercice, les jeunes générations ont à s’interroger sur leur capacité à construire le monde de demain, à prendre conscience de leur responsabilité de citoyen.
Les Rencontres ne se limitent pas à la promotion du seul acte de résistance, mais sont devenues une occasion privilégiée de conjuguer notre devoir de mémoire envers celles et ceux qui, jadis, ont lutté et se sont sacrifiés pour la sauvegarde de nos droits et libertés avec l’éveil de nos consciences confrontées à une société menacée et meurtrie, dans un monde en tension. Cette année, la programmation internationale de plusieurs films en avant-première est le reflet d’une notoriété construite au fil des éditions. Elle témoigne de notre temps mais nous invite aussi au voyage de mémoire, à la réflexion sur la défense de nos libertés, en privilégiant le principe de responsabilité.
L’art, dans ses diverses expressions, prend sa valeur pédagogique dans l’indicible des émotions qu’il fait naître en chacun de nous. Il nous donne à connaître et à s’interroger sur notre rapport au monde et les combats qu’il suscite, mais il sait nous apporter aussi un superbe élan d’espoir, une « salve d’avenir ».
Ce festival demeure donc le creuset d’expression de ce qui permet à tout être humain de défendre sa dignité. Les différentes rencontres et la trentaine de films proposée cette année, mêlant productions réalistes, imaginaires et expérimentales, combinée à la vision engagée des cinéastes et artistes, devraient donc encore nous réserver des moments uniques d’échanges et de réflexion.




Christian Monteil
Président du Conseil Départemental de la Haute-Savoie

Pour leur 16ème édition, le Département de la Haute Savoie est fier de poursuivre son soutien aux Rencontres du Film des Résistances afin qu’elles creusent encore et plus le sillon de l’éducation à la culture et à la citoyenneté. L’Art et l’Histoire s’y associent pour, à travers l’émotion que sait procurer la magie du cinéma, transmettre le passé, mieux comprendre notre monde contemporain et préparer l’avenir.
Une fois de plus, cette manifestation, coordonnée par le Foyer d’animation de Thônes et la Fédération des Œuvres Laïques, rayonne depuis Thônes et Cran-Gevrier à travers tout le Département de la Haute-Savoie, grâce aux salles associées de la MJC Novel à Annecy, de l’Auditorium de Seynod, du Rabelais à Meythet, du Parnal à Thorens-Glières, de Cinétoiles à Cluses, du Ciné Laudon à Saint-Jorioz, du réseau itinérant CDPC/Ecran Mobile.
Elle permet ainsi de découvrir dans l’ensemble de ces salles des grands films de l’année 2016. La révolte de paysans et d’esclaves américains du film à grand spectacle Free State of Jones avec l’acteur oscarisé Matthew McConaughey ou bien la dernière palme d’or du Festival de Cannes, Moi Daniel Blake de Ken Loach, sont, pour ne citer que ceux-là, autant de témoignages de l’Histoire et de la Résistance d’hier, d’aujourd’hui et de demain. Preuve de la reconnaissance de ce rendez-vous du 7ème art, de nombreuses avant-premières sont organisées afin de créer l’événement.
La force de ce festival est aussi sa capacité à varier les esthétiques, les univers et les images et par conséquent les publics. Les enfants sont notamment conviés à découvrir des films à leur portée, tels Ma vie de courgette, Cristal du long métrage et Prix du public au dernier Festival d’Animation d’Annecy, Les Pépites, Mimi et Lisa, Iqbal l’enfant qui n’avait pas peur…
Enfin, le partenariat tissé entre les Rencontres du Film des Résistances et le Musée départemental de la Résistance de Morette se poursuit cette année par la programmation de séances quotidiennes, l’accès gratuit au Musée pour les spectateurs des Rencontres du Film des Résistances et l’organisation d’un Café Histoire autour d’un film de la manifestation.
Je vous souhaite de belles Rencontres cinématographiques.




Pierre Bibollet
Maire de Thônes

Le Foyer d’animation de Thônes et la Fédération des Œuvres Laïques nous proposent pour la 16ème année consécutive les Rencontres du Film des Résistances.
Alors que chaque jour les médias nous relatent des faits qui marquent notre société et nos esprits qu’il s’agisse de conflits, de réfugiés, de guerres, d’actes terroristes aveugles avec le seul but de déstabiliser nos valeurs, ce festival qui n’est pas une simple manifestation du 7° art est l’occasion de mettre l’accent sur la nécessité de comprendre ces événements afin de sensibiliser, lutter, résister et donner l’espoir de vivre dans un monde meilleur.
Avec plus d’une trentaine de films projetés à Thônes et dans plusieurs communes du département, avec aussi plusieurs avant-premières organisées, ce festival se veut être un moment de rencontre, d’échange, de partage. Il s’adresse à tous, jeunes et moins jeunes, afin d’éveiller nos consciences, relever les difficultés et donner du sens à nos luttes et résistances quotidiennes en facilitant la réflexion et l’éducation.
Avec sa capacité à s’adapter à tous les publics et son ouverture sur les écoles, ce festival, par les images et les messages qu’il diffuse, contribue à construire une société réellement fondée sur le respect de nos valeurs républicaines.
Thônes, ville médaillée de la Résistance, est fière d’avoir initié et d’accueillir ces Rencontres des Résistances. Je tiens à remercier les organisateurs de ce festival qui a vu le jour et acquit sa notoriété grâce à l’investissement du Foyer d’animation et de loisirs de Thônes, de la Fédération des Œuvres Laïques et du Centre Départemental de Promotion du Cinéma.
En vous laissant découvrir dans ce fascicule la variété et la qualité des films qui seront projetés et en espérant que vous soyez nombreux à participer à ces projections, je vous souhaite de bonnes séances à la rencontre de ces films et qu’ils vous aident à porter une critique objective et constructive sur notre société et à mieux comprendre ce que veut dire être citoyen.




Gérard Fournier-Bidoz
Président de la Communautés de Communes des Vallées de Thônes

Les vallées de Thônes, comme de nombreux autres territoires en France, ont été le creuset du mouvement de résistance à l’occupant durant la seconde guerre mondiale. De ce mouvement qui commence à entrer dans l’Histoire, il faut tirer l’enseignement que, face à l’ignominie, des hommes peuvent se lever et prendre tous les moyens et tous les risques pour résister.
Mais résister se conjugue au présent, toute l’oppression d’une économie sans scrupule ni éthique, le fatalisme religieux ou les foyers de tension territoriale sont objets de mobilisations et d’actes de résistance.
La programmation éclectique de ce festival est là pour nous montrer les nombreuses facettes des combats menés à travers le monde et de la répression subies par des militants et des citoyens engagés.
Mais n’oublions pas que le cinéma est un art dont la médiation nous permet de nous enrichir de cette actualité. Il contribue, comme les autres formes d’art, à l’élévation culturelle dont la société, si elle ne veut pas sombrer dans la barbarie, a un besoin vital. Comme c’est majoritairement le cas ces événements n’auraient pas lieu sans un soutien public.
La communauté de Communes est pleinement dans son rôle quand elle soutient les Rencontres du Film des Résistances et encourage ses organisateurs. Je leur souhaite pleine réussite pour cette 16ème édition au bénéfice de vous public qui viendrez nombreux.




Patrick Kolb
Président de la Fédération des Œuvres Laïques de la Haute-Savoie et du CDPC-Écran Mobile 74

Depuis 2001, les Rencontres du Film des Résistances constituent un des axes importants de l’action culturelle de la Fédération des Œuvres Laïques de Haute-Savoie, lui permettant de développer la lutte contre les obscurantismes et les exclusions, l’éducation à la citoyenneté républicaine, l’éducation à la paix et au devoir de mémoire à l’égard des valeurs de la Résistance. Ou plutôt des Résistances ! Car tel était bien le choix : utiliser le cinéma pour mettre en lumière un combat permanent, perpétuel, dans tous les lieux et à toutes les époques.
Organiser ces rencontres prend cette année encore un sens particulier au regard de l’actualité, qu’elle soit nationale ou internationale : attentats, problématique des migrants, mouvements sociaux,... des questions qui nous touchent tous, qui suscitent des interrogations ; des événements qui atteignent parfois les fondements de notre démocratie. Les cinéastes ont cette capacité à nous faire partager le regard singulier qu’ils sont capables de porter sur nos sociétés. Au travers des films que nous programmons pour ces rencontres, ils nous donnent à réfléchir sur le monde et sur nos comportements au quotidien.
Fréquenter le cinéma pour se construire des références est un de nos objectifs, notamment en direction de la jeunesse et dans le lien imaginé avec l’École. Cette année encore, de nombreux établissements scolaires saisiront l’opportunité de quelques films particulièrement porteurs et d’une grande diversité pour permettre à leurs élèves de mieux comprendre le monde.
Au travers de ces rencontres c’est donc une fois de plus un appel qui est lancé, un appel à exercer un regard critique sur nos sociétés et au delà à mieux assumer son propre rôle de citoyen.

«Résister, c’est vivre,
Résister, c’est cultiver sa capacité d’indignation,
C’est dire non à toutes les formes de domination.
Le mot Résister devrait toujours se conjuguer au présent. »
Lucie AUBRAC 1912- 2007







Turbulences, résistances, conflits, réfugiés, guerres non déclarées se conjuguent avec des actes de plus en plus barbares, aveugles afin de terroriser et déstabiliser le plus grand nombre possible de valeurs et principes qui fondent nos civilisations.

Notre manifestation se construit et s’imagine dans ce contexte. Plus que jamais elle a du sens pour donner à voir et à comprendre les évènements, les luttes, les résistances qui se nouent, qui se tissent, qui se croisent dans des tourbillons de violences où les plus démunis sont très souvent les plus meurtris.

N’oublions pas les luttes du quotidien ici également, celles des femmes, celles de l’égalité des droits, toutes celles qui favorisent l’émancipation et l’éducation de tous. N’oublions pas les luttes qui unissent pour un monde meilleur où le bien commun sera aussi une référence incontournable.

L’environnement, notre planète, sont également au cœur de nos préoccupations pour laisser à nos enfants un potentiel accessible à tous dans une juste répartition.

Les Rencontres du Film des Résistances 2016 sont un moment favorable pour éveiller les consciences, montrer les difficultés, les espoirs, le possible afin de le conjuguer avec le souhaitable égal pour tous.

Les barbelés : ceux des camps de concentration, ceux des murs et notamment celui appelé le rideau de fer tant décrié et enfin tombé en 1990, ceux d’aujourd’hui qui ressurgissent même en Europe. Des murs, des barbelés, des peurs, des refus d’accueillir ceux qui sont sous la terreur des bombes, démunis de tout, y compris de l’essentiel.

Que vont devenir tous les enfants qui vivent et subissent ces cauchemars ? Comment vont-ils se construire pour participer à l’élaboration du monde où l’humanisme devrait être avec la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la référence.

La manifestation cinématographique nourrie par la Résistance 1940/45, reconnue, identifiée et appréciée - n’en doutons pas en Novembre 2016 - apportera une fois de plus sa contribution afin que le plus grand nombre saisisse mieux les enjeux qui contraignent tous les équilibres au détriment des hommes les plus faibles.

Le cinéma, par son action directe, est un art nécessaire pour combattre tous les obscurantismes, les fanatismes, les égoïsmes en apportant un point de vue facilitant la réflexion en pariant sur les sensibilités et curiosités des spectateurs.

Environ 25 films seront proposés pour tous les publics dans une démarche éducative, sans prosélytisme, dans une approche d’éducation populaire.